Revue de Presse du 29 Juin 2016 : Que reste-t-il de … France Inter

 

Une heure, une heure seulement, une petite heure par semaine pour défendre, aimer, promouvoir et chérir la chanson francophone ; celle qui fait notre culture profonde et se refile en fredonnant d’une génération vers l’autre ; invisible enchantement … Celle qui ne veut pas gagner des millions mais sait encore construire une belle phrase, celle qui peut nous faire gagner des frissons …

Et qui, du passé vers le présent, nous emmène en refaisant la romance …

 

Chaque Samedi, juste un peu après midi, France Inter nous proposait la plus belle, la plus originale, la plus sauvage aussi de ses émissions ; un fier bastion dressé contre la médiocrité, la banalité, le lieu commun et le prêt-à-porter du disque ; une sorte de village gaulois irréductible, rigolard et frondeur qui résistait encore et encore à l’empire romain des labels et des publicités …

 

Que les financiers qui produisent de la chanson en conserve se rassure, la direction de la station vient de déduire la celtique cité, son barbe, mammifère, omnivore, bien trop gourmand de culture et bien trop connaisseur de curiosité, a été banni de cette antenne publique à la fallacieuse raison qu’il officie également sur France Culture …

 

L’empereur romain directeur qui a fait taire le barbe dissonant l’accuse de cumule …

Si la raison évoquée est véritable et honnête, le directeur devrait également nous débarrasser d’un ultra cumulard animateur producteur dont les carences de professionnalisme, le manque de culture globale et surtout les euh … euh … euh … euh … Récurrence insupportable et fort impolie qui nous fait parfois aller quérir les sons d’autres antennes entre 11 heures et 12 heures 25 …

 

Mais il est cependant très probable que le directeur garde les brosses à reluire des labels discographiques et des diffuseurs qui ont main mise sur nombre des émissions de    France inter et continue de à s’enrichir en faisant belle publicité des dits labels …

 

Voilà, la prochaine fois, il ne nous le chantera plus …

Ainsi les belles chansons pourront aller se faire entendre ailleurs, pour peu qu’elles trouvent un ailleurs … Un endroit suffisamment désintéressé, délicat et cultivé pour les recevoir et les protéger …

 

Et les auditeurs sachant auditer, presque 2 millions, un bon record d’audience pour une telle émission, devront aussi aller se faire voir ailleurs …

 

France Inter ne les voit plus, ni ne les écoute, son médiateur est un communiquant qui ne fait que reformuler la bonne parole de son directeur …

 

Beaucoup d’auditeurs de France Inter écoutaient cette station pour échapper à la bêtise et à l’abrutissement de la publicité : toutefois, pour enrichir les producteurs et les labels, la publicité, à peine lentement et très sûrement, fait son entrée dans ce qui fut une des plus belles de nos stations … 

Que reste-t-il de … France Inter ; que reste-t-il de tout cela …

Ajouter un commentaire