Revue de Presse du 27 Mars 2016 : Beau et con à la fois, mais bien éclairé …

 

Ce fut vu sur le Grand Soir 3 de France 3 ; ce fut un soir, celui où les dirigeants écologiquement responsables prennent chaque année une décision forte apte à freiner substantiellement le gâchis de la production d’électricité inutile …

Un Grand Soir en quelque sorte … Surtout pour la ministre de l’écologie qui, posée devant une illustre tour métallique, éclairait les caméras et flashs d’un éblouissant sourire prouvant son immense et intense et brulante satisfaction que partageait la maire de la capitale, à ses côté, dans le même état de brillance …

Quel était la source de tant de pétillant bonheur convoqué sur les sourires de nos populaires politiciennes … Quel événement pouvait procurer autant d’une si grande satisfaction et d’une si belle plénitude à nos gouvernantes … Quelle était la cause de ce bouleversement interne et profond que partageait goulument la présentatrice guillerette de cette actualité à faire frémir les fidèles téléspectateurs les plus blasés …

Il s’agissait, tenons-nous bien, de cesser d’éclairer les établissements, monuments, édifices et bâtisses

célèbres pendant …            

une heure …

Si, si, une heure, mais attention pas une petite heure, pas une heure bâclée : une belle heure entière et pleine de

60 minutes … Une heure qui représente environ à peine un 4000ième d’économie d’électricité sur les sus dits éclairages ; une heure de gloire en somme : de quoi, en effet, donner du plaisir à la politique sphère …

Pas forcément à la sphère tout court d’ailleurs … Tant il est vrai que, tout bien pensé, tout bien pesé, notre pauvre petite planète épuise bêtement ce qui lui reste de ressources pour éclairer en permanence des édifices que la lumière naturelle suffirait à rendre magnifiques …

Etre une heure, une heure seulement, être une heure, une heure durant …

Beau, beau et con la fois … disait le poète


Pour montrer tout le ridicule, le burlesque, l’absurde, de cette satisfaction ministérielle, imaginons que les maris, qui ont pour triste habitude de frapper femmes et concubines, décident de cesser, pendant une heure, cette déplorable pratique machiste …

Le ministre chargé de la condition féminine devrait-il éprouver quelque allégresse face à cet arrêt momentané de tant de violences maritales faites annuellement, en France, à plus 200 000 femmes …

Certes pas … Cette satisfaction serait pourtant aussi déplacée que l’éblouissement de la ministre de l’écologie devant l’arrêt tout rabougri de la planétaire gabegie …


Le pire, dans cette triste histoire est que la puissance des communicants et conseillers est telle qu’il est fort possible que la ministre elle-même flottent dans une supra réalité médiatique au point de ne plus se prendre compte que ses miroirs là sont menteurs …

Vous faites mentir les miroirs ; Vous êtes puissants au point de vous refléter tels que vous êtes ; disait un beau poète, échevelé fou, déraisonnable détraqué, mais admirable visionnaire d’une époque à venir qu’il pressentait, qu’il préfigurait, qu’il flairait de sa poésie intense et brutale …

 

 

 

Ajouter un commentaire