Revue de Presse du 25 Octobre 2017 : Prendre à des pauvres pour donner à des riches …

Difficile parfois, même pour un simple petit chroniqueur de province et dont la timide écriture n’est pas certaine de devenir lecture ; difficile de trouver dérision et plaisanterie pour parler de pauvreté et de richesse …

De cet écart est insupportable entre les personnes dans une même République : celles qui peuvent dépenser quotidiennement 200 E pour se vêtit pendant que d’autres dépensent à peine 2 E pour s’alimenter …

On pouvait attendre d’un gouvernement républicain, même libéral, quelques petites mesures pour réduire ces écarts indignes d’une société moderne : puisque depuis l’élection du nouveau président dans la modernité nous sommes rentrés …

La très puissante et très influente organisation patronale n’aurait probablement pas trop disputé le susdit gouvernement de droite …

Mais de mesures anti pauvreté, le président nouveau n’en pris pas …

Et en plus de ne pas en prendre, ce nouveau gouvernent prendra une partie de l’Allocation Personnalisée au Logement pour équilibrer un budget brutalisé par la suppression de l’imposition des grandes fortunes … Une honte …

Cette même honte qui nous pris d’avoir voté pour ce président là …  même si, du reste, nous l’avions fait pour éviter une présidence FN …

Nous avons choisi la honte pour éviter une présidence FN, mais nous risquons fort, à l’élection prochaine,  d’avoir la honte, le FN et une dictature …

Car, en effet, au train où vont les choses, les pauvres ; en augmentation et de plus en plus pauvres ; ne sauront plus où aller … Et lorsqu’on ne sait plus où aller, on va au FN …

On va vers le parti de la haine des autres : des autres nations, des autres populations, tous ces autres pauvres qui sont responsables de votre pauvreté, toutes ces populations miséreuses qui sont responsables de votre propre misère …

Voilà, monsieur le président, mesdames, messieurs les ministres et députées, députés, qui vous dites en marche, voilà ce que prépare votre gouvernement ; un bond de plus d’un siècle en arrière : des riches plus riches, des pauvres plus pauvres, des patrons incontestables dans les entreprises, une représentation et une protection de salariale affaiblies, des travailleurs précaires, des étudiants qui ne trouvent pas de place en facultés, avant de ne pas trouver dans la société …

Aller, que votre altesse reste bien caché derrière de belles phrases qu’elle dise le contraire de ses intentions et continue de nous parler de modernité, de nouveauté, pour ne de pratiquer, en réalité, qu’un libéralisme des plus arriérés, qu’elle continue d’insulter les salariés déplacés et autres rebelles …

 

 

 

Ajouter un commentaire