Revue de Presse du 29 Mai 2017 : Résistance, tu es belle …

Le coup est passé suffisamment loin ; toutefois il se rapproche à chaque fois, plus très, plus précis, plus anodin aussi, presque d’une apparence tranquille  …

L’assaut n’est pas pour maintenant, mais …

Le verrons-nous nous frapper, et nos enfants le verront-ils les prendre pour les amener vers une histoire à répétition de massacre, de folie, d’ignorance et de peur …

Le procédé est simple, simpliste, facile à appliquer ; il s’agit de désigner un coupable, de trouver des accusations délirantes, mensongères, pour lui faire endosser la responsabilité de toutes nos difficultés ; d’un côté le bon peuple, de l’autre les faiseurs de troubles ; la machine a fonctionné dans le passé ; sortie très abimer de la seconde guerre, ses débris furent toutefois conservés précieusement ; certains bricoleurs passionnés ont su attendre que la mémoire collective se fanent, ont su inventer un discours adapté pour remettre en route la mécanique ancienne ; une carrosserie nouvelle, un coup de peinture, et la bête est repartie à la conquête des pensées fragiles, à l’assaut des humaines faiblesses …

La bête est en arrêt à la porte encore fermé du pouvoir, le libéralisme économique lui apporte ses repas de fermeture d’usine et de misère, et la bêtise pourrait bien laisser le FN franchir ce pas irréparable … Ces marches vers le pouvoir que les dictateurs ne  savent pas descendre …

Faire détester l’autre ; voilà la clé de la mécanique FN ; l’étranger est le détestable idéal, mais il pourra aisément trouver des substituts parmi les faibles et autres marginalisés de notre société quand l’étranger ne suffira plus …

De la bêtise et du libéralisme ; méfions-nous, mais aussi du laisser faire, du laisser dire, du laisser détester …

Car les racistes, heureusement, sont encore minoritaires dans notre République, mais souvent les allégations racistes, au quotidien de nos tablées, de nos bistrots, de nos entreprises, ne sont pas relevées et contredites …

Les idées racistes s’imposent lentement à cause de notre paresse, de notre timidité à les contester : il ne suffit pas de penser l’antiracisme, il faut le dire … Et chaque fois que cela est nécessaire, il faut défendre l’humain insulté, bafoué, sali, privé de ses droits non pas pour ce qu’il a fait mais en raison de son appartenance à une supposée catégorie …

Beaucoup de nos parents se sont battus durement pour que nous restions libres, maintenant nos enfants attendent en secret que nos luttes puissent conserver ce beau trésor de liberté … Certains de nos parents se sont aussi battus pour obtenir une législation du travail ; et cela aussi il va certainement falloir le défendre partout dans    les manifestations, dans les entreprises, dans les rues …

 

Ajouter un commentaire