Revue de Presse du 27 Octobre 2016 : Pour qui vos tétons …

 

Cette variation plaisante du verbe voter faisait la distraction des anciens ; et de la dire à ses compagnons de bistrot qui ne la connaissaient pas était, de cette époque révolue, un des plaisirs simples … Et le nouvel initié à l’électorale la blague devenait initiateur pour la répéter à son tour à d’autres qui l’ignoraient ou faisaient semblant …

 

Et puis, comme il se doit des plaisanteries, au bout de quelques lustres, tout un chacun la connut ; et d’autres il fallut inventer pour distraire les amis de comptoir, de verre et de mélancolie ; ainsi : pour qui vos tétons : même les semaines d’élection, nul ne le disait plus beaucoup et même plus du tout, ou très rarement …  

 

Tiens, au fait, à ce propos, en l’occurrence ; pour qui votait-on à l’époque où on disait encore gaiement pour qui vos tétons … Nos anciens votaient-ils pour des idées ou pour les bonnes mines des candidats …

 

Il est vrai que la mémoire souvent embellit un tantinet le passé, toutefois, il nous semble bien que les idées avaient, à l’époque des glorieuses, une plus grande importance, une valeur plus brillante … Il nous semble que les propositions politiques avaient plus de poids que les trombines des prétendants lissées par le travail des équipes de communication ; que le chemin à tracer pour mener la nation portait plus d’intérêts que les postures, les costumes et les attitudes …

 

En résumé, le contenu idéologique passait avant le contenant maquillé et bien habillé …

 

Car, en effet, des idées orientées et cohérentes pour gouverner une société, cela s’appelle une idéologie ; un vocable que nos actuels politiciens dénigrent …

Faire, admettre, refuser, préférer quelque chose par idéologie cela veut signifier maintenant un manque de bon sens pratique …

 

Et pourtant, vouloir, et proposer au peuple, une société à économie socialiste ; une redistribution équitable, un partage des richesses, des embauches massives de l’état, le plein emploi, des écarts de salaires fortement limités, ce n’est pas en soi absurde …

 

Pas plus que n’est stupide une idéologie libérale qui propose une économie de marché dans laquelle l’état n’intervient pas, des écarts de salaires très importants, la libre entreprise et un droit du travail a minima

 

Mais par quoi les idéologies sont-elles maintenant remplacées …

En fait par une seule d’entre-elles …

 

Celle de la destruction de la nature, de la finance, de la loi du marché … Celle de l’enrichissement de quelques poignées de très gros actionnaires pendant que d’autres ne peuvent avoir droit ni au logement, ni à l’éducation, ni à la dignité …

 

Voilà, il fallait dénigrer les idéologies pour qu’il n’en reste qu’une seule … 

 

Et pour faire croire ainsi que ce n’en est pas une …

Ajouter un commentaire