Revue de Presse du 29 Août 2016 : Les songes étranges de la réalité ...

La question peut venir effleurer l’humaine curiosité, car en effet on sait parfois se poser d’étranges interrogations ; et, en plus de la question elle-même, se demander aussi pourquoi on se la pose …

 

Dans le même ordre d’idée, un savant, le plus doué probablement, ne disait-il pas :

 

Lorsque nous aurons résolu tous les questions, nous nous demanderont pourquoi nous les avons résolues …

 

Au fait quelle était la question … Bien, la voici énoncée ;

 

Les choses, les vallées, les sommets, les campagnes, les vagues, les étoiles, les feuillages, les nuages, l’univers en sommes, sa beauté, sa laideur aussi, tout ce que nous percevons, correspond-il à une réalité indépendante de nos sens …

 

Autrement énoncé ; cette matinée lumineuse, ce beau soir couchant, aurait-il la même réalité si nous n’étions pas là pour l’admirer ; et ce que nous appelons réalité n’est-il pas seulement notre réalité ; notre perception des formes, des couleurs, des sons, des odeurs, la sensation de douceur, de dureté, de rugosité, de froideur, de chaleur ne seraient-elles que la traduction, la réduction, d’une réalité infiniment plus compliquée,   et surtout beaucoup plus instable …

 

La réponse la plus rassurante à cette délicate question serait de penser que nos perceptions ne nous trahissent presque pas, que nos sens ne transforment pas, ou à peine, la réalité précise qui nous entoure …

 

Mais depuis un bon siècle, l’observation et la compréhension des structures profondes de la matière apportèrent bien des déconvenues à nos certitudes les plus solides … 

Au début, tous les scientifiques n’acceptèrent pas un tel bouleversement, puis lentement, patiemment, la mécanique quantique s’imposa ; il fallait se rendre à cette bien étrange évidence, la réalité n’était pas celle qui se déroulait sous nos regards ; dans la fabuleuse superposition des réels possibles, nos sens ne choisissent qu’une seule tranche ; de plus, nos déductions logiques concernant la vitesse, le déplacement, la position des particules ne fonctionnent plus ; la mécanique quantique nous décrit une réalité floue, instable, improbable, en résumé insaisissable … 

 

Une sorte de rêve où les apparitions les personnes, des endroits, des idées se déroulent dans une logique superposable et inhabituelle …

 

En 1905, quelques mois avant la découverte de la Relativité Restreinte, pour tenter de comprendre l’étrange comportement de la lumière, un rêveur proposa la théorie des quanta ; ce premier rêveur quantique, qui dû fuir la plus brutale des folies que l’histoire ait connu, était un humaniste ; il a révolutionné la science, nous a laissé de belles idées et de très belles phrases ; il disait :

 

Concernant la matière, nous nous sommes trompés … Ce que nous avons appelé matière n’est que de l’énergie qui a ralenti sa vibration pour être perceptible par nos sens …

 

 

 

 

Ajouter un commentaire