Revue de Presse du 27 Juillet 2016 : Réforme du code et RU quitte UE  …

Le premier des patrons l’avait dit haut et fort : le code du travail est le premier ennemi des patrons … Entre premiers on se comprend … Le premier des ministres lui promit de simplifier de dit code ; en fait, la simplification consista à produire quelques petites 90 nouvelles pages ; mais l’idée de simplification était belle et bonne pour une présentation de cette réforme au petit peuple …

Depuis un siècle et demi, les législateurs de tout bord, par conviction ou sous la pression des luttes et des grèves, ont progressivement adapté les besoins de l’entreprise au droit du travail : nombre d’heures, travail des enfants, congés, salaires minima …

Et il fallut attendre un gouvernement, socialiste se prétendant, élu par beaucoup de travailleurs, promettant de lutter contre la finance, pour s’entendre dire qu’il fallait : adapter le droit du travail à l’entreprise

Dans  la nouvelle loi, par cette inversion historique, le législateur abandonne une partie de l’unité de la Nation au profit de la spécificité de l’entreprise …

En effet, avant la réforme, les salariés possédaient une législation commune qui ne pouvait subir de modification défavorable dans les branches professionnelles et une législation par branche qui garantissait des minima dans les entreprises …

Maintenant les entreprises peuvent appliquer des mesures plus défavorables pour les salariés par simple accord ; et dans la situation actuelle du marché de l’emploi, le brave travailleur aura à choisir entre perdre son emploi ou accepter l’accord ; ainsi, il pourra, en autre modernisation, travailler 46 heures par semaine durant 12 semaines …

De même, par simple accord, il pourra voir baisser substantiellement la rémunération de ses heures supplémentaires … Et si l’idée, parfois, lui venait de contester ce paiement, la nouvelle loi prévoit de facilité les licenciements …

Ainsi, à grands coups de propagande médiatique on voudrait nous faire croire que cette facilité à licencier, associée à une baisse de rémunération des heures supplémentaires, permettrait de diminuer le nombre des demandeurs d’emploi ; et de plus confère à la modernité ; une loi de modernisation et de simplification en quelque sorte …

Le peuple est crédule certes, le libéralisme l’occupe à idolâtrer des footballeurs ultra millionnaires ou à capturer dans un portable des figurines irréelles ; mais à trop abuser de cette crédulité, les pouvoirs pourraient bien rendre les populations irrationnelles,  insensées, suspicieuses, roublardes, provoquant et narguant les dirigeants …

Est-ce pour cela que les électeurs du RU ont voulu quitter l’UE ; pas impossible …

D’autres électeurs d’autres nations de l’UE seraient, parait-il, prêts à faire de même ; attention messieurs les élus, à trop prendre les peuples pour des cons dans vos discours ils pourraient devenir, qui sait, étrangement intelligents …

 

Ajouter un commentaire